Jeûner.co

Jeûner.co

Articles Naturo

Hommage à Marchesseau,

père fondateur de la Naturopathie en France

MarchesseauMarchesseau aurait eu 100 ans, le 21 mars 2011. Né à Angoulême, il décédera le 10 décembre 1994. Il fut le père de la naturopathie originelle dite "orthodoxe".

Comment a-t-il découvert la Naturopathie ?

Ses parents désiraient qu’il fasse médecine mais Pierre-Valentin Marchesseau trouvait qu’elle ne convenait pas à son esprit telle qu’était conçue. Il pensait qu’il y avait mieux à faire.
Ses parents étant pour l’époque, très ouverts, laissèrent leur fils partir vers l’âge de 22-23 ans aux États-Unis, à la recherche de son idéal.


En tant que professeur de français il y rencontra Benedict Lust (1872-1945), pionnier de la naturopathie mondiale qui lui inculqua les bases de cette discipline.

Puis, en rentrant en France, dans les années trente, il croisa le chemin d'individualités telles qu'Edmond Desbonnets (1868-1959), le docteur Georges Rouhet (1854-1946), Paul Carton (1875-1947) et Alexandre Salmanoff (1895-1964) ; tous des pionniers dans leurs domaines respectifs.

Graduellement, P.-V. Marchesseau se disait que chacun détenait une part de juste et de vrai. Il se demandait alors pourquoi à partir de petites méthodes il ne pouvait concevoir une grande méthode adaptée à chaque individu ? Ceci afin d’avoir plus de résultats et toujours dans cet esprit de vie et d’auto-guérison.

Par exemple, A. Salmanoff conseillait des bains chauds car il était rétracté et sa méthode convenait à de nombreux gens (de type "rétractés"). Dans le même temps, le curé Sebastien Kneipp (1821-1897) proposait des bains froids car il était de morphologie dilatée et sa méthode fonctionnait également sur de nombreux individus (de type "dilatés").

Marchesseau, avec son esprit de synthèse, adapta les bains chauds (en lien avec les hygiènes majeures) pour les rétractés, et les bains froids pour les dilatés.

Il pensait que la véritable intelligence intégrait mais ne rejetait pas les choses. C’est ainsi qu’il agissait.

Ce fut le début du cadre naturopathique propre à Marchesseau : quatre hygiènes majeures, six techniques mineures, trois cures hiérarchisées et synthétisées en alliant la connaissance des quatre corps de chaque personne.

 

Comment Marchesseau fonda-t-il la naturopathie orthodoxe en France ?

La femme de son premier mariage avait un enfant, Pierre, atteint d’une leucémie et condamné par la médecine allopathique. Marchesseau décida de mettre tout en œuvre pour le guérir avec les techniques naturelles qui lui avaient été transmises (massages, huiles essentielles, alimentation, grand air...).

C’est ainsi qu’il acheta une ferme en pleine nature pour se consacrer à la guérison de ce garçon.

Pierre gardait les moutons (grand air, sport, lumière,…), Marchesseau le massait et lui prodiguait les soins naturels (alimentation, amour,…). Le garçon mis deux années à guérir.

Le facteur voyait chaque jour ses progrès et répandit cette nouvelle qui ne tarda pas à faire le tour de la région. Marchesseau commença à recevoir la visite de personnes curieuses de ses méthodes.

Il lui vint ainsi l’idée de créer une formation en Naturopathie car ces éléments simples étaient à la portée de tous et Marchesseau souhaitait que les personnes puissent en prendre conscience. Il disait ainsi "comment peut-on être si loin de la santé alors qu’elle est si près de nous ?".

Marchesseau a appris lui-même en expérimentant. Il transmettra la naturopathie en invitant également les personnes à se questionner et à essayer les méthodes.

Il disait que le naturopathe n’était ni médecin, ni guérisseur mais éducateur à la santé.

" Instruire n’est rien, c’est entraîner à réfléchir qui est tout... Apprendre ne mène à rien, ce qu’il faut, c’est comprendre".

Il enseigna la Naturopathie en France dans son école à Paris, alors que la médecine allopathique était au fait de sa toute puissance. Son franc parler gêna quelque peu et il fut attaqué par le vecteur de nombreux procès… Il les remporta tous. Mais ils ont fortement contribué à sa fatigue en fin de vie.

Il fut à l’initiative de beaucoup de congrès et présentait une soixantaine de conférences par an dans toute la France.

Il est l’auteur de plus de 80 livrets traitant des différentes techniques de santé dans un langage simple et relativement accessible à tous.

Il voulait comprendre le sens de toutes choses qui l’intriguait. Sa volonté était de synthétiser et revenir aux choses essentielles de la vie simplement.

L’école Hygie lui rend hommage et reste fidèle à son enseignement qui est toujours d’actualité.

Nous suivons son cadre naturopathique en l’adaptant au monde d’aujourd’hui. Marchesseau le définissait déjà mais il devient indispensable d’être dans ce questionnement de nos jours : quel est le sens de notre vie ? Pourquoi sommes-nous là et quelle est notre finalité ? Sans la recherche de ces réponses nous ne pouvons plus être dans une santé totale.

Ainsi le but de l’enseignement de Marchesseau nous est cher :

"Simplifier, synthétiser, unir, c’est œuvrer pour la vérité et la liberté de vie".

Laurence Henck